Corradi
Approfondissements

Comment bien mettre en valeur des jardins en pente ?

Comment bien mettre en valeur des jardins en pente ?

La conception d'un jardin en pente nécessite diverses mesures telles que la maîtrise de l'eau, une attention particulière à la sécurité des matériaux et du mobilier choisis, ainsi que des plantes repiquées. Des conditions qui, à première vue, n'encouragent pas la création d'un espace vert. Mais là où il y a un problème, se cache souvent une opportunité. 

Les architectes paysagistes et les garden designer en sont bien conscients, à tel point qu'ils voient dans les jardins en pente la possibilité de créer des installations d'un grand impact esthétique. 

Escaliers, terrasses, allées, petits sentiers, faux-plats : ce qui peut sembler à l'origine une difficulté limitante, une fois confiée à des mains et des esprits experts, peut s'avérer être la clé pour conférer à l’outdoor un charme et un caractère unique. Quel que soit le contexte.

Jardins en pente : s'accomoder de la différence de niveau ou la contrôler ?

En présence d'un jardin en pente, il existe deux possibilités : s'accomoder de la différence de niveau ou la contrôler. 

Dans le premier cas, l’on plantera des bordures et des plantes aux racines robustes qui maintiennent le terrain dans les zones critiques, des essences rustiques couvrantes (ceratostigma, pervenche, genista, lierre) qui stabilisent les surfaces et un mobilier qui ne craint pas la gravité, comme des vases, des pots, des jardinières et des accessoires. Pour faciliter la descente et la montée, l’on pourra tracer un sentier ou un escalier informel – avec du gravier, des pierres, des briques – qui, avec le temps, nécessiteront un simple entretien de routine. 

Dans le second cas, en revanche, il faudra intervenir de façon plus énergique pour moduler les terrasses, par des remblais, des palissades, des murs en pierre sèche, des escaliers et d'autres architectures. 

Dans les deux cas, il devra y avoir une zone à plat destinée à la détente et la contemplation. Une assise, une table basse, une élégante pergola , à choisir parmi les modèles Corradi séduisants et fonctionnels, qui contribueront à créer le refuge idéal pour converser, lire un bon livre ou prendre son petit déjeuner, en se laissant bercer par les sons de la nature.

Cette zone devra être pavée pour éviter que le ruissellement et la stagnation des eaux de pluie ne la rendent impraticable.

Quels matériaux choisir ?

Les matériaux naturels – la pierre, le bois, la brique – sont les plus adaptés à une intervention à la fois fonctionnelle et esthétique car ce sont des éléments « pauvres » mais extrêmement durables qui ne nécessitent pas d'entretien particulier.

Pour la construction des sentiers, les aménagements de terrasses en gradins et d'escaliers, il est possible d’utiliser des matériaux allant de traverses en bois neuves ou de récupération à des bois plus précieux et luxueux, jusqu'aux dalles de pierre, tandis que pour les murets de soutènement, la roche naturelle constitue le choix le plus approprié. 

Le mur en pierre sèche s'avère l'endroit idéal pour accueillir dans ses anfractuosités des plantes sauvages et résistantes qui, au fil du temps, associées à la pierre utilisée, donneront au mur une magnifique texture. 

Le bois et la pierre – et les architectures ainsi construites – résistent très bien au passage du temps et aux conditions météorologiques, en s'intégrant à la végétation et au paysage. Mais ce n'est pas tout : en vieillissant, ils se couvrent d'une patine suggestive qui donne au jardin une agréable atmosphère vintage.

Dernier conseil, mais pas le moindre : l'utilisation d'un matériau drainant dans les sols et les marches d'un escalier protège contre la formation de retenues d'eau, qui peuvent devenir dangereuses en cas de gel.

Plantes et gazon : mode d'emploi

Recouvrantes, retombantes, grimpantes, ornementales et autochtones : le premier commandement du bon jardinier est de connaître et de respecter le climat et le type de terrain dans lequel le jardin poussera

Cependant, une règle générale s'applique à toutes les zones en pente : au sommet, la terre sera généralement plus sèche et soumise à une plus grande érosion, tandis qu’en bas, elle sera plus humide et plus riche. Dans ce cadre, il est possible d’opter pour un « gazon anglais » (très difficile à tondre sur une pente), mais les herbes et les fleurs sauvages sont préférables : elles couvriront de manière naturelle et avec des hauteurs inégales, donnant encore plus de charme à l'espace vert. 

En bas, il conviendra de planter des essences luxuriantes qui absorbent beaucoup d'eau, tandis qu'au sommet, l’on trouvera un habitat approprié pour les espèces habituées aux sols secs.

Les arbustes ornementaux vivaces plus résistants qui préfèrent les sols drainés – Céraiste, Viorne, Convolvulus, Pittosporum, Tradescantia x andersoniana, Parthenocissus tricuspidata, Othonnopsis cheirifolia – serviront à consolider le sol et à marquer les limites des pentes, pour conférer au jardin des couleurs et des parfums inattendus tout au long de l'année. 

Et pour ceux qui n'ont pas de pente...

Les terrasses et les pentes douces sont si fascinantes qu’il n’est pas rare de les retrouver aussi dans les jardins en plaine où, une des tendances les plus diffuses est de rectifier le sol avec des remblais, de créer de petits dénivelés, des parterres surélevés, des sentiers, des escaliers et des murets. 

De cette façon, un espace anonyme peut être transformé en un outdoor à forte personnalité et au design innovant, soigné dans les moindres détails. 

Maintenant, c'est à vous de jouer : que vous disposiez d’un dénivelé plus ou moins doux autour de la maison, le temps des alibis pour ne pas vous offrir un jardin en pente est terminé. Pensez au contraire à votre jardin, unique et sur mesure, beau à voir et à vivre, en toute occasion.