Corradi
Approfondissements

Rajeunir les villes et les espaces publics par la requalification de l'outdoor.

Rajeunir les villes et les espaces publics par la requalification de l'outdoor.
Entre modernité et historicité, les espaces outdoor contemporains trouvent dans les dehors des anciens édifices de nouvelles places et donnent une nouvelle vie aux structures désaffectées, générant des lieux de partage et d'un grand charme architectural.

L'un des points abordés lors de l'entretien avec Giovanni La Varra à la Semaine du design de Milan l'année dernière a mis en lumière une question toujours d'actualité : « Se réapproprier des villes et des services après la pandémie ».
L'interview a été menée par Giorgio Tartaro, qui a exploré avec l'architecte quelques-unes des questions d'actualité sur l'avenir de l'outdoor dans l'architecture urbaine de la ville de Milan.
Le studio Barreca & La Varra a contribué à changer le visage de la ville, toujours avec une empreinte socialement durable, en concentrant son travail sur le logement social visant donc la création de résidences avec une fonction de requalification des zones périphériques de la ville, comme des espaces urbains régénérés au service de la communauté.
Citons par exemple Aria, le nouveau quartier de Milan conçu par le studio, à l'intérieur des deux remarquables pavillons nord de l'ancien abattoir, l'un des plus importants projets de logements sociaux en Europe, dédié à l'installation des jeunes générations, des familles, un véritable service de logement pour le quartier et la ville. La récupération des bâtiments historiques dans ce cas va bien au-delà de la requalification d'un lieu, mais aboutit à la création d'un espace basé sur l’heritage et sur l'économie circulaire, où les étudiants et les résidents seront les city makers d’un habitat durable basé sur des expériences inclusives et innovantes de cohabitation et d'utilisations temporaires collaboratives.
Les lieux, l'histoire, la conformation d'Aria dérivent de la requalification des anciennes galeries, hangars, entrepôts et lignes de production de l'ancien abattoir, qui deviennent un seul environnement, ouvert et fluide, en transformation continue. Partant de cette réflexion, nous avons abordé avec l'architecte La Varra le thème du grand changement dans la façon de penser les projets et les nouvelles solutions sur les usages des bâtiments publics, qui mettent aujourd'hui un accent particulier sur les espaces outdoor, grands protagonistes de l'architecture contemporaine.
 
C'était déjà une tendance avant même cette époque, celle de libérer l'attache au sol de certains bâtiments contemporains, voire de sièges d'entreprises, donnés en petite partie à la collectivité : un choix d'ouverture au public ?


MaestroBio_HotelSpendide_Lugano-(10).jpg

Pas exactement un choix conscient, mais le résultat d'une action résiliente, d'une conception qui s'est adaptée à la contingence, grâce à laquelle nous avons appris à gérer l'invasion de l'espace extérieur de manière contrôlée. « Le Salon du meuble nous a appris à gérer cela, il a envahi les cours, les rez-de-chaussée, et nous nous sommes rendu compte que l'invasion peut être gérée. Par ailleurs, de nombreux immeubles de bureaux reçoivent des personnes de l'extérieur, ils les accueillent sans les laisser entrer au cœur du bâtiment. Le rez-de-chaussée est devenu une sorte d'éponge, où l'extérieur peut entrer et être contrôlé ».

_DSC9096.jpg
Parmi les thèmes cruciaux de notre raisonnement, il y a aussi le concept du vert, qui a rapidement gagné en importance pour devenir primordial dans la création de parcours de sens et de situations de logement ; il existe une étude très précise des essences du comportement au cours des saisons : cela a-t-il conduit à une nouvelle prise de conscience dans la conception de l'outdoor ?

Selon Giovanni La Varra, celle du vert est une question de conformation et de dimension dynamique : « le vert a des besoins, il a des temps et des mesures, c'est un véritable habitant ».
En outre, il y a une deuxième question, qui est qu'aujourd'hui nous sommes témoins d'une connaissance plus étendue du vert et de son effet bénéfique sur nos vies, nous sommes confrontés à une culture répandue, beaucoup plus consciente de ce qu'est le vert et de la façon dont il peut être intégré dans nos vies à différents moments de la journée « en ce sens, ces cours qui étaient des parkings et des dépotoirs peuvent maintenant aussi devenir des micro-paysages avec des ressources incroyables ».

tovaglia-nera.jpg

Concernant l'importance du vert dans le projet architectural de requalification de la ville, un autre point important est l'utilisation de l'espace extérieur de manière planifiée et étudiée. Le Bosco Verticale en est un exemple, un projet auquel a participé le studio Barreca & La Varra et qui, dans un certain sens, a mis en avant et donné de l'importance aux contraintes de façade.
« La question des contraintes de façade est très importante. Nous sommes en train de récupérer des bâtiments construits dans les années 90, jamais utilisés, presque entièrement à usage social, donnant sur le parc sud, et le thème sur lequel nous avons beaucoup travaillé est que toutes les loggias ont un système de stores pour que cet espace supplémentaire puisse être à toutes fins utiles une chambre, une loge ou un balcon, pouvant s'ouvrir ou se fermer à l'extérieur selon les besoins de la famille et le climat. C’est le thème d'une architecture d'éléments légers qui étaient auparavant laissés à l'habitant individuel, qui peuvent renfermer la richesse linguistique de la maison. »
Il y a une plus grande conscience de l'outdoor et des lignes de décoration à respecter dans le design.  Du point de vue des matériaux, l'architecte La Varra s'attache à étudier le matériau sous deux angles : « un matériau doit être choisi et géré de manière à préserver son caractère naturel. Le matériau est étudié pour son avenir mais aussi pour son passé. Il s'agit de préfigurer la détérioration normale, d'apprendre à accepter et à gérer cette naturalité que nous introduisons dans l'architecture ». 
 
Comment contrôlez-vous les détails, même à grande échelle ? La réponse à cette question pourrait se résumer à « Less is more ». Moins vous concevez de détails complexes, mieux c'est. « Le secret consiste à minimiser les détails et à concentrer la créativité à quelques endroits, et à essayer d'être ordinaire dans le bon sens du terme.
Un autre point clé est le dialogue avec toutes les personnes impliquées dans la conception du bâtiment. Il s'agit de se mettre à l'écoute et de savoir ce sur quoi on peut négocier ».
Planification, verdure, fonction sociale et collaboration : tels sont donc les ingrédients de la recette de l'architecte La Varra pour la requalification et la conception du nouveau visage des villes modernes et contemporaines, où l’outdoor joue un rôle fondamental.

 

Restons en contact

Enregistrez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveautés de Corradi